PDF Biodiversité végétales et écologie du paysage dans le sud du Parc National de Taï

Télécharger BIODIVERSITE VEGETALE ET ECOLOGIE DU PAYSAGE DANS LE SUD DU PARC NATIONAL DE TAÏ.pdf ( 3 MB)
Afficher Open in browser
Upload date 16 Feb 2016
Contributeur yao jean kouadio
Couverture géographique Côte d'Ivoire,
Mots-clefs conservation_espèces_rares_Parc_National_de_Taï_Mont_Niénokoué_Côte_d'Ivoire_Afrique_de_l'Ouest_forêt_dense_humide_tropicale_de_plaine_Canoco_AFP,
Date de publication 23/02/2016
Toutes les versions
# Nom du fichier Contributeur Upload date Taille Type de contenu
1 BIODIVERSITE VEGETALE ET ECOLOGIE DU PAYSAGE DANS LE SUD DU PARC NATIONAL DE TAÏ.pdf (actuel) yao jean kouadio 16 Feb 2016 3 MB application/pdf

A la demande du Projet Autonome pour la Conservation du Parc National de Taï (PACPNT) et dans le cadre du Programme Tropenbos Côte d'Ivoire qui constitue un soutien scientifique à l'aménagement du Parc, entre mars 1998 et janvier 1999, trois secteurs de forêt dense humide ont été prospectés botaniquement vers Guiroutou, vers Dogbo et vers Djapadji, dans la partie Sud du Parc National de Taï, Côte d'Ivoire, au Sud de la rivière Hana.
Sur 39 placettes de 35 x 35 m, 13, 15 et 11 par secteur, et au cours de relevés itinérants, 1242 échantillons d'herbier ont été récoltés, appartenant à 413 espèces. Dans chacune des placettes, les deux premières couches minérales du sol et la couche ectorganique ont été échantillonnées à trois endroits le long de la pente et analysées en laboratoire. Quatre catenas ont été décrites, une par secteur, plus une pour le Mont Niénokoué, à partir de 3 fosses pédologiques par catena. Une image SPOT de 1998 a été traitée pour cartographier les zones de forêt dégradée.
Entre les placettes et les relevés itinérants, 930 espèces végétales au total ont été identifiées. Combinant cette liste avec celle d'Aké Assi & Pfeffer (1975), on recense maintenant 1200 espèces dans le Parc de Taï. Ce complément d'inventaire est loin d'être exhaustif, et le nombre réel d'espèces se situe entre 1500 et 2000, ce qui fait du Parc de Taï l'aire protégée de Côte d'Ivoire la plus riche en espèces végétales. Actuellement 273 espèces rares ou endémiques y ont été inventoriées. Nous estimons que l'on trouve dans le Parc 2/3 des espèces rares de la forêt dense ouest-africaine. Le dernier tiers de ces espèces rares se trouve encore représenté dans les forêts des collines de Grabo, dans la forêt classée de la Haute Dodo et dans celle de Monogaga qui jouent donc un rôle important dans la conservation de la diversité floristique. Dans le Sud du Parc, c'est le secteur de Guiroutou qui est le plus riche en espèces rares.
Seul un tiers de l'ensemble des espèces, soit 413 espèces, est représenté dans les échantillons récoltés et déposés dans l'herbier du CNF d'Abidjan. Des recherches supplémentaires dans la littérature et les herbiers sont donc nécessaires pour compléter la liste des espèces et caractériser la rareté de certaines au niveau continental.
Avant même sa création, les forêts du Sud du Parc ont été touchées par l’exploitation forestière et, pour presque 1000 ha vers Djapadji, par l’exploitation agricole. Toutefois, si la pression du braconnage sur la faune est importante, les exploitations forestières et agricoles ne menacent pas directement les espèces végétales rares dans le sud du Parc.
En conclusion, nous préconisons un programme de Biomonitoring des plantes pour mieux connaître la répartition des espèces dans le Parc, pour le couvrir de manière systématique et mettre en évidence la variation et la richesse de sa flore. Compte tenu de leur intérêt, toutes ces connaissances sur la flore du Parc devraient être diffusées vers le Public en installant des sentiers botaniques, en organisant des excursions guidées, en créant des jardins de plantes rares et des centres de documentation avec herbier et banque d'images, en publiant des informations sur les espèces menacées dans des brochures ainsi que sur CDROM ou sur Internet