PDF Distribution des épiphytes de Côte d’Ivoire : effets des zones phytogéographiques et des variations pluviométriques

Télécharger Distribution _des _épiphytes _de _Côte _d’Ivoire, _effets _des _zones _phytogéographiques _et _des _variations _pluviométriques.pdf ( 542 KB)
Afficher Open in browser
Upload date 09 Feb 2016
Contributeur Gouve Claver Yian
Date de publication 10/02/2016
Toutes les versions
# Nom du fichier Contributeur Upload date Taille Type de contenu
1 Distribution _des _épiphytes _de _Côte _d’Ivoire, _effets _des _zones _phytogéographiques _et _des _variations _pluviométriques.pdf (actuel) Gouve Claver Yian 09 Feb 2016 542 KB application/pdf

La gestion de la diversité biologique se présente comme un défi majeur du fait des problèmes liés à la connaissance et à la préservation des ressources biologiques. Cette étude est une contribution à une meilleure connaissance de la diversité végétale de la Côte d’Ivoire à travers celles des épiphytes. Les espèces épiphytiques présentes dans les Herbiers du CNF (UCJ) et du CSRS ont été recensées. Ces informations ont été complétées par une revue bibliographique sur les épiphytes de Côte d’Ivoire. Les données recueillies ont été triées et corrigées. Les noms et les coordonnées géographiques ont été vérifiés. La compilation des listes corrigées a permis d’avoir un nombre d’occurrences des espèces recensées en Côte d’Ivoire avec la position géographique pour chaque récolte. Ces travaux présentent 380 espèces épiphytiques qui se répartissent entre 110 genres, 32 familles et 21 ordres. Les espèces les plus récoltées sont : Culcasia scandens (209 occurrences), Culcasia angolensis (180 occurrences), Piper guineense (91 occurrences), Cercestis afzelii (86 occurrences) et Bulbophyllum falcatum (75 occurrences). On rencontre des espèces épiphytiques sur tout le territoire ivoirien. Néanmoins, on note de fortes concentrations des récoltes dans le Sud et l’Ouest montagneux. Les modélisations et les cartographies effectuées permettent d’observer que l’espèce Culcasia angolensis qui se retrouve uniquement dans les espaces de forêt est certainement plus sensible au stress hydrique. On peut donc dire que Culcasia angolensis ne supporte pas une longue dessiccation comparativement à Culcasia scandens.