PDF Effets d’un arbre exotique envahissant Hopea odorata Roxb. (Dipterocarpaceae) sur la diversité floristique et le stockage de carbone du Parc National du Banco en Côte d’Ivoire

Télécharger 2015_Tiébré et al. 2015_International_Journal_of_Innovation_and_Applied_Studies.pdf ( 609 KB)
Afficher Open in browser
Upload date 01 May 2016
Contributeur Marie Solange Tiebre
Couverture géographique Nationale,
Mots-clefs Arbre invasif, biomasse aérienne, diversité floristique, forêt tropicale, Hopea odorata, invasion biologique
Date de publication 01/05/2016
Toutes les versions
# Nom du fichier Contributeur Upload date Taille Type de contenu
1 2015_Tiébré et al. 2015_International_Journal_of_Innovation_and_Applied_Studies.pdf (actuel) Marie Solange Tiebre 01 May 2016 609 KB application/pdf

Les forêts tropicales renferment de grandes quantités de carbone. Face à la déforestation intensive et la
dégradation des forêts résiduelles, les politiques ont développé des programmes de reboisement incluant souvent des
espèces exotiques invasives. Nous avons analysé la diversité des espèces végétales dans la forêt de l’Anguédédou rattachée
au Parc National du Banco et avons évalué la biomasse aérienne des arbres rencontrés et leur capacité de stockage du
carbone. Nous avons testé l’hypothèse selon laquelle Hopea odorata n’influence pas la diversité floristique dans son aire
d’introduction et ne stocke pas plus de carbone comparé aux autres espèces et donc pourrait être éliminée. Des parcelles de
100 m2 ont été mises en place dans l’espace d’introduction de l’espèce et les zones environnantes immédiates pour recenser
toutes les espèces végétales. La circonférence des tiges dont le dbh ≥ 10 cm, a été mesurée. La diversité floristique est
estimée à 186 espèces végétales. La biomasse aérienne totale est évaluée à 295,9 t/ha. Le stock de carbone pour l’ensemble
de la forêt est de 147,9 t/ha. L’équivalent CO2 est de 39,9 t/ha. Hopea odorata possède une importante biomasse aérienne
importante (187,4 t/ha) et la plus grande capacité de stockage du carbone (93,7 t/ha). Cet arbre invasif contribue efficacement à la biomasse végétale aérienne et au stockage du carbone dans le Parc National du Banco (Test de Pearson, r = - 0,81 ; p < 0,0001). De ce fait, nous pouvons conclure que toute activité de gestion de cette espèce envahissante va nécessiter une analyse claire des gains et des pertes en carbone.