PDF Etude de la biologie reproductive de Tithonia diversifolia (Hemsl.) Gray (Asteraceae) : Espèce non indigène invasive en Côte d’Ivoire

Télécharger 2012_Tiébré et al. 2012_Journal of Asian Scientific Research.pdf ( 623 KB)
Afficher Open in browser
Upload date 01 May 2016
Contributeur Marie Solange Tiebre
Couverture géographique Nationale
Mots-clefs Espèce Non-Indigène Invasive, Reproduction Sexuée, Tithonia Diversifolia
Date de publication 01/05/2016
Toutes les versions
# Nom du fichier Contributeur Upload date Taille Type de contenu
1 2012_Tiébré et al. 2012_Journal of Asian Scientific Research.pdf (actuel) Marie Solange Tiebre 01 May 2016 623 KB application/pdf

La biodiversité est aujourd’hui confrontée à d’énormes problèmes de dégradation. L’une des causes principales est l’invasion par les espèces exotiques ou non-indigènes. En effet, ces espèces introduites dans des régions différentes de leurs régions d’origine sont directement impliquées dans la disparition d’espèces autochtones. C’est le cas de Tithonia diversifolia (Hemsl.) A. Gray (Asteraceae) en Côte d’Ivoire. Il importe de penser à la conservation de la diversité biologique en luttant contre ces vecteurs de dégradation. Sachant que cette lutte repose sur une meilleure connaissance de l’espèce, nous nous sommes fixés pour objectif de connaître les caractères d’invasion. Nous avons étudié la biologie reproductive de T. diversifolia en évaluant son succès de floraison, de fructification et son pourcentage de germination. Le succès de fructification est déterminé par le rapport du nombre de fleur produite et la quantité de graines par peuplement. Le pourcentage de germination a été comparé entre différents traitements in situ et ex situ. Le succès de fructification moyen est de 92,54%. Les caractéristiques de la reproduction sexuée qui contribuent au succès d’invasion de T. diversifolia est le taux de fructification élevé. Une gestion efficace de l’espèce consistera au mieux en l’arrachage complet de l’organisme avant le stade de floraison.