PDF Cinquième rapport national sur la diversité biologique

Télécharger ci-nr-05-fr.pdf ( 779 KB)
Afficher Open in browser
Upload date 24 Nov 2014
Contributeur Milène Nadège Koutouan
Couverture géographique Côte d´Ivoire,
Mots-clefs Convention sur la Diversité Biologique (CDB), stratégie nationale pour la biodiversité de la Côte d’Ivoire (SPANDB-CI), perte de biodiversité, ressources biologiques
Date de publication 09/04/2014
Toutes les versions
# Nom du fichier Contributeur Upload date Taille Type de contenu
1 English/United Kingdom ci-nr-05-fr.pdf (actuel) 24 Nov 2014 779 KB application/pdf
1 ci-nr-05-fr.pdf (actuel) 24 Nov 2014 779 KB application/pdf

La Côte d’Ivoire est Partie prenante à différents accords multilatéraux sur la diversité biologique, y compris la convention éponyme. C’est ainsi que le pays a ratifié la Convention sur la diversité biologique le 29 novembre 1994.

La stratégie nationale pour la biodiversité de la Côte d’Ivoire (SPANDB-CI) est la concrétisation de l’engagement ivoirien au titre de la convention sur la diversité biologique (CDB), ratifiée par celle-ci en 1994. Le ministère chargé de l’Environnement avait alors été chargé de présenter une stratégie qui puisse être déclinée au sein de l’ensemble des services compétents de l’État, avec un but précis, stopper la perte de biodiversité d’ici 2010.

Dans ce cadre et conformément à ses exigences internes de sauvegarde des ressources biologiques, un processus d’élaboration d’une stratégie nationale et d’un plan de gestion durable des éléments constitutifs de la diversité biologique a été conduit entre 1998 et 2002. Cette finalité a été déclinée dans la Stratégie et le Plan d’actions National de la Diversité Biologique de la Côte d’Ivoire (SPANDB-CI) pour  chacune des composantes essentielles du vivant : les gènes, les espèces, les habitats, les écosystèmes et leur traduction dans une trame écologique.

La SPANDB-CI 2002-2010 était Composée d’une vision globale, Structurée en huit (8) thèmes fondamentaux et Déclinée en dix huit (18) axes stratégiques.
La mise en oeuvre de la SPANDB-CI avait pour ambition d’inverser la tendance de la dégradation de la riche diversité biologique dont dispose la Côte d’Ivoire. En dépit d’efforts considérables déployés par le Gouvernement, les partenaires au développement et les organisations de la société civile, pour mettre en oeuvre partiellement ladite stratégie, l’érosion de la diversité biologique continue.
Les obstacles et tendances observées naguères perdurent : La pauvreté accrue des populations et surtout celle des populations vulnérables, les conduisent à prélever considérablement les espèces de faune et de flore. Les opérateurs économiques exploitent les mêmes ressources sans considération pour le renouvèlement des stocks. Les activités agricoles, les aménagements divers dégradent les écosystèmes et les habitats. Les lacunes dans la loi ou sa nonapplication pour assurer la conservation de la biodiversité et punir les contrevenants, reflètent une certaine impuissance des acteurs institutionnels.
La SPANDB -CI 2002-2010 n’en demeure pas moins un instrument majeur de la mobilisation nationale pour la diversité biologique car avec cette stratégie, tous les acteurs du secteur disposent d’un cadre de référence pour toutes les interventions dans le domaine de la conservation et de l’utilisation durable de la diversité biologique. C’est un pas important dans la planification et la coordination des initiatives visant la sauvegarde de la diversité biologique, un patrimoine dont nous subodorons à peine la valeur économique.
Aujourd’hui, il apparait indispensable de réviser ledit document de planification en vue de prendre en compte et d’apporter des réponses efficaces aux enjeux et problèmes nouveaux ou précédemment éludés. Il s’agit également de les mettre en cohérence avec le plan stratégique de 2011-2020 pour la diversité biologique, conformément à la Décision X/2 de la Conférence des Parties à la Convention sur la Diversité Biologique (CDB). Les objectifs dits d’Aichi du plan stratégique de la CDB, adoptés au Japon en octobre 2010 ont servi de trame, enrichi et structuré le présent rapport de la SPANDB -CI.