News Préservation de la Biodiversité /un défi majeur pour l’humanité

« La disparition de la biodiversité est un défi majeur qui se pose à l’humanité, mais également à notre pays avec une ampleur sans précédent » , a fait savoir Madame KABA Nasséré, Directeur de Cabinet, représentant le Ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, à l’ouverture des travaux de l’examen du plan d’action national pour la biodiversité, le lundi 17 novembre 2014, à Cocody-Angré.

Lien relatif http://www.environnement.gouv.ci/actualite.php?rd=223
Source Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable
Date de publication 18/12/2014
Contributeur Milène Nadège Koutouan
Couverture géographique Côte d´Ivoire,
Mots-clefs disparition de la biodiversité, Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, examen du plan d’action national pour la biodiversité, patrimoine biologique, politique environnementale, monographie, Convention sur la Diversité Biologique

En effet, le Directeur de Cabinet a indiqué que la préservation de notre patrimoine biologique est inscrite dans la vision stratégique du Gouvernement, pour la mise en œuvre de la politique environnementale. C’est pourquoi, a-t-elle révélé, « l’état des lieux figurant dans la monographie de la diversité biologique confirme la richesse de notre patrimoine biologique avec près de 16.064 espèces dénombrées. Cette monographie souligne également que non seulement l’érosion de la diversité biologique a atteint des niveaux proches de l’irréversible, mais aussi que l’homme, le citoyen, est la menace la plus critique pour les écosystèmes et les espèces. Chacun de nous dans la quête de la satisfaction des besoins quotidiens, détruit directement ou non la diversité biologique » a déploré la collaboratrice du Ministre Rémi ALLAH-KOUADIO. Cependant, elle s’est dite convaincue que les experts présents  alimenteraient de leurs pertinentes réflexions, les débats se rapportant aux problèmes rencontrés dans ce secteur. Au terme de l’atelier, la Côte d’Ivoire devrait disposer d’un plan d’action plus consensuel, plus concis et qui reflète les enjeux de toutes les conventions relatives à la diversité biologique. Ce qu’a approuvé Monsieur Patrick PEDIA, Point Focal National de la Convention sur la  Diversité Biologique.

Veuillez noter que cette information a expiré.